23 mai 2018

Le partner, dieu vivant

Oui, nous recyclons quelques vieux articles pour le moment (ils ont en moyenne été publiés il y a plus d'un an). Celui-ci date de janvier 2014.

 

Vous l'avez donc compris, il y a deux types d'humains dans le "Big" : les petits aspirants génies et les seuls, uniques, géniaux, fantastiques, les vrais dieux vivants. Bref, les associés du cabinet, ou "partners" en bons franchouillards imitateurs que nous sommes.

Cet être supérieur n'a de cesse de vous prouver que vous ne jouez pas dans la même cour que lui et qu'il tient son rang dans la mêlée de ses pairs. Il n'est pas obligé de vous dire bonjour, même s'il entre dans le même ascenseur que vous et vous bouscule pour que vous vous écrasiez dans un coin. Il peut vous accorder de lui serrer la main, mais uniquement pour vous décontenancer et pour que vous vous interrogiez longtemps quant à la raison de ce geste. Quand il ouvre la bouche, ce n'est pas pour dire une futilité. Péremptoire et sûr de lui dans l’affirmation comme dans le questionnement, il a la posture qui convient à son rang. Il est, de par son statut, obligé d'avoir un avis ou une réplique sur tout.

Ce n'est qu'en me remémorant la scène de la poignée de mains, le soir dans les transports après une journée riche en événements qui m'avait fait oublier cet impair, que je me suis demandé quels sont ces êtres humains qui peuvent se permettre de se croire tellement supérieurs qu'ils en viennent à imposer un code destiné à bien marquer cette diffférence qui les place dans un "monde d'au-dessus". Comment se fait-il qu'il puisse exister des êtres qui croient que leur simple position dans une hiérarchie asseoit définitivement leur supériorité sur tous les plans, y compris le côté humain ?

La réponse était devant mes yeux et allait progressivement se révéler à moi au cours de mon voyage initiatique chez eux : c'est justement parce qu'ils ne maitrisent nullement l'aspect humain que ces gens jouent ainsi.

Posté par lebig4 à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 août 2014

S'enrichir facile

Quand on est un partner, on n'a pas de problèmes de fins de mois, sauf si on vit au-dessus de ses moyens. On cherche à s'enrichir encore plus, tout simplement. Ainsi un immeuble annexe que loue notre Big est détenu en SCI par 5 associés du cabinet, firme qui leur verse de confortables loyers à peine gonflés...

Un autre associé a créé son cabinet de conseil concurrent en parallèle, puisque son contrat semble l'y autoriser. Quand il effectue une démarche commerciale sur ses heures de travail au Big, il choisit de d'affecter des ressources de son cabinet en priorité, bien évidemment, sauf spécificité qui rend le Big incontournable ou qui le rendrait franchement attaquable pour concurrence déloyale.

 

Rz_1

 

Je passe sur les autres malversations qui sont communes à tout type d'entreprise.

Autre sujet limite : les conflits d'intérêt. De manière très simple, le Big est auditeur d'une grosse société à l'international et, en échange, fait en sorte que cette même société soit son unique fournisseur mondial dans sa spécialité. Sympathique retour d'assenceur qui fait penser à des marchés truqués. Dans ce cas, comment peut-on conserver l'impartialité de l'audit ? Où sont les bons sentiments sur les conflits d'intérêts ?

Posté par lebig4 à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
04 février 2014

Le Complot - 1 - Le chocoteux

(nous initions aujourd’hui les mini-sagas, sorte de feuilletons dont nous publions un article par semaine, à suivre sur plusieurs semaines). Commençons par celle-ci, le complot.

Nous avons un sacré chocoteux parmi nos partners. Il raconte à tous l'histoire sordide de l'Associé qui a eu une heure pour faire ses valises parce qu'il a fait un léger affront à un de ses clients. C'était un mauvais associé, à n'en pas douter, car il a osé signaler à un de ses clients qu'il avait eu grande satisfaction du logiciel phare de la concurrence. Le client en a donc déduit qu'il n'achetait pas exclusivement chez lui et en a pris ombrage, eu égard aux accords bipartites qu'il avait avec le Big, YI&Y. L'affaire a quitté la France pour aller se traiter aux US où le chef du client (je parle de son very big boss) a obtenu sa tête auprès du very big boss US du Big. Vous suivez ? Si vous suivez vraiment, vous savez donc que si le chocoteux raconte cette histoire c'est parce que la tête de l'imprudent a effectivement sauté.

ATT00012

Mais pourquoi le chocoteux raconte-t-il cette histoire à tous ? C'est pour nous enseigner la"gestion des risques" - ou risk management - une science que tout bon "Big" se doit de maîtriser parfaitement, surtout depuis l'affaire Enron. Il n'est pas formateur, notre gentil pétochard, il craint juste pour sa tête à chaque nouvelle mission. Je l'ai vu pourrir un consultant en plein open-space parce qu'il avait envoyé un mail au client en s'excusant du retard de livraison d'un document en pièce jointe.

Le chocoteux l'a dégommé en lui disant que si le client conservait copie de ce mail, il avait un élément pour nous faire un procès ou refuser de nous payer, voire pire... Et là je vérifie que vous suivez... Pour demander la tête du chocoteux !

Posté par lebig4 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,