14 avril 2015

Un mec worldwide

S'il y a bien un truc important pour la firme, c'est le réseau. En effet, la firme n'est pas une multinationale ayant ses ramifications dans tous les pays de la planète. Non, ses dizaines de milliers de salariés font en fait partie d'un « réseau » d'entreprises juridiquement décorrélées. Vous avez compris, une fois de plus : la gestion des risques ! S'il arrivait une mésaventure dans un pays entrainant la chute de la « succursale » de la firme, les autres ne seraient pas juridiquement solidaires et leur survie ne serait ainsi pas en danger.

Il n'en reste pas moins que la véritable prise d'envergure, pour un associé ou un apprenti (à-)sorcier, est la montée en puissance au niveau international. Il faut s'agiter, se montrer dans les comités transverses, être le fer de lance, en France, d'une nouvelle stratégie décidée par un « board » global. On dit ainsi qu'un sujet est « worldwide », c'est à dire de portée mondiale. Ainsi, un responsable siégeant dans un comité au niveau transverse « monde » a-t-il une envergure mondiale. On dit qu'il est « worldwide ».

« Ce mec est worldwide, tu ne te rends pas compte ! Il a un poids phénoménal, tu ne peux pas négliger ça. Travailler pour lui, c'est pouvoir grimper les steps de la firme et gagner en frime !

C'est en effet un anglicisme un peu barbare, mais on n'a pas trouvé mieux pour faire bien, anglo-saxon, pour être branché et pour acquérir aussi, lorsqu'on imite les grands qui ont un véritable métier avec des responsabilités, une renommée « worldwide ».

Posté par lebig4 à 08:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 novembre 2014

Jamais d'écrit

Dans cette boutique, vous l'avez compris, l'amour du risque n'est pas de mise. Donc on évite d'écrire des choses qui engagent. Les managers et au-dessus ne donnent jamais de GO formel pour l'envoi des livrables aux clients. Tout mail trop précis sera relu et critiqué par les supérieurs que vous aurez mis en copie. Ils n’y verront que l'engagement et le risque encouru si jamais le client nous cherchait des poux.

"Il faut être politique, ici" m'a conseillé un ancien qui essayait de louvoyer entre les dangers. Toutes les occasions sont bonnes pour profiter des petites erreurs d'autrui, dont on informera gentiment les personnes bien placées. Inutile de faire semblant d'être désolé de dessouder un collègue, c'est tout à fait normal, pour le bien de la firme, de signaler tout comportement relevant du faux pas.

Et surtout, pas d'écrit. Ceux qui tentent de régler leurs comptes par e-mail sont impitoyablement éliminés. Vous imaginez le grabuge, si les mails sortaient de la maison ? Tous les comptes se règlent par la parole. Pas la parole donnée, car il est impossible de faire confiance. On croit à la parole de temps en temps, c'est à dire quand on a reçu la preuve qu'elle disait vrai.

Et tant pis pour le crétin qui ne l’a pas compris.

Posté par lebig4 à 08:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
04 février 2014

Le Complot - 1 - Le chocoteux

(nous initions aujourd’hui les mini-sagas, sorte de feuilletons dont nous publions un article par semaine, à suivre sur plusieurs semaines). Commençons par celle-ci, le complot.

Nous avons un sacré chocoteux parmi nos partners. Il raconte à tous l'histoire sordide de l'Associé qui a eu une heure pour faire ses valises parce qu'il a fait un léger affront à un de ses clients. C'était un mauvais associé, à n'en pas douter, car il a osé signaler à un de ses clients qu'il avait eu grande satisfaction du logiciel phare de la concurrence. Le client en a donc déduit qu'il n'achetait pas exclusivement chez lui et en a pris ombrage, eu égard aux accords bipartites qu'il avait avec le Big, YI&Y. L'affaire a quitté la France pour aller se traiter aux US où le chef du client (je parle de son very big boss) a obtenu sa tête auprès du very big boss US du Big. Vous suivez ? Si vous suivez vraiment, vous savez donc que si le chocoteux raconte cette histoire c'est parce que la tête de l'imprudent a effectivement sauté.

ATT00012

Mais pourquoi le chocoteux raconte-t-il cette histoire à tous ? C'est pour nous enseigner la"gestion des risques" - ou risk management - une science que tout bon "Big" se doit de maîtriser parfaitement, surtout depuis l'affaire Enron. Il n'est pas formateur, notre gentil pétochard, il craint juste pour sa tête à chaque nouvelle mission. Je l'ai vu pourrir un consultant en plein open-space parce qu'il avait envoyé un mail au client en s'excusant du retard de livraison d'un document en pièce jointe.

Le chocoteux l'a dégommé en lui disant que si le client conservait copie de ce mail, il avait un élément pour nous faire un procès ou refuser de nous payer, voire pire... Et là je vérifie que vous suivez... Pour demander la tête du chocoteux !

Posté par lebig4 à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,