05 mai 2015

La guerre homérique

Les réunions d'associés sont de véritables spectacles dignes de la Rome Antique, voire de la cour d'Attila, je présume, car je ne connais pas trop cette époque dont j'imagine d'extraordinaires pugilats entre barbares. Sous des airs polissés, ces gens sont bien de véritables brutes, c'est à dire qu'ils n'ont aucun respect pour leurs congénères et encore moins pour les êtres humains qui n'appartiennent pas à leur caste.

Rz_65a

 

J'ai assisté un jour à l'une de ces réunions de stratégie sur un compte client. J'ai très vite compris que je n'avais pas à prendre la parole si je n'y avais pas été invité, ma première intervention ayant été une catastrophe. Un associé a aussitôt réagi à ce que j'ai dit un peu vite et sans suffisamment d'explications. Heureusement qu'un de mes responsables est intervenu pour mieux présenter les choses. C'est à cette occasion que j'ai compris que chacun jouait son jeu : interventions posées et jamais d'un niveau trop opérationnel, sauf pour assigner une action qui ne lui reviendrait pas. En cas d'attaque, la jouer finement politique, c'est à dire par des chemins détournés. Bref, je n'ai rien compris de ce qu'ils se disaient et de ce qui en est sorti. J'en suis quitte avec un compte-rendu à rédiger, un mal de crâne à traiter et une liste de courses dont j'avais les intitulés mais pas le détail des actions (et dont je sus par la suite que ce n'était pas la peine de la suivre, sauf si l'on me relançait).

Posté par lebig4 à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 février 2014

Le complot 3 - la confidence

Ils ont bien évidemment compris mon message et ont changé de stratégie. Se dévoilant un peu plus, ils  m'ont mis dans la confidence : tous deux voulaient la peau du chocoteux – ils ne m'en ont pas révélé la raison – et leur plan était très simple. Ils voulaient tenter de le faire "tomber" en lui laminant sa rentabilité d'une part, en empiétant sur ses plates-bandes d'autre part. Ce dernier point était plus difficile à réaliser car les clients étaient parfaitement distribués entre les associés. L'idée derrière tout cela était de démontrer que le directeur conspirateur était en réalité le seul capable de générer du chiffre d'affaires chez ce client.

La tactique consistait à exploiter toutes les failles du chocoteux. La principale étant très visible : sa peur panique déjà évoqué dans ces pages. Une autre faille qui devrait précipiter sa chute, selon mes conspirateurs, était sa propension à toujours faire plus de vent qu'à semer le bon grain. Et que je te joue au sympa, et que je passe des heures à disserter sur l'avantage du crossover sur le 4x4, sur la différence entre les différents chefs étoilés de province, et que je suis toujours à faire de la politique de bas étages, n'hésitant pas à me contredire dans mes actes pour rester en mesure de ménager la chèvre et le chou, le tout au détriment des pauvres consultants travaillant pour m’engraisser.

dossier

Bref, Monsieur réseautait, cherchait les missions chez les autres en vendant père, mère et les savoir-faire de tous ses consultants, Monsieur récoltait des missions et générait du chiffre d'affaires en se faisant mousser. Mes potentiels futurs complices n’ont pas tari d’éloges et d’arguments pour tenter de me rallier à leur cause.

Posté par lebig4 à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
29 novembre 2013

Existentialisme

La pause déjeuner fut la bienvenue, j'avais la tête pleine d'informations et je ne savais pas trop à quoi servaient la moitié. Tous ceux qui m'avaient accueilli m'avaient souri dans la matinée alors que, chose frappante, la cantine ressemblait à un immense capharnaüm où chacun gardait sa contenance et ne se montrait pas du tout à la fête. Pour être franc, je comprenais enfin pourquoi les expressions désignant des personnages coincés étaient toujours au niveau du postérieur : il était évident que tous ceux que je croisais avaient au mieux des problèmes de digestion, au pire de constipation, voire de balais coincé quelque part. Je crois que les responsables de YI&Y devraient revoir avec ceux de la cantine les menus afin de... Disons fluidifier les transits des employés.

Les choses se sont en effet gâtées en début d'après-midi quand j'ai été convoqué à un méga réunion d'équipe - quelle équipe, je ne sais pas – et où l'ambiance était très tendue sans que j'en comprenne les raisons. Il était question d'améliorer l'efficacité commerciale et de ne plus se tirer dans les pattes pour concentrer les forces vers l'objectif de gagner des missions « ensemble ». Le discours me parut étrangement simpliste et de bon sens. Je ne comprenais pas pourquoi il fallait expliquer de telles évidences, du genre « il faut respecter, s'intéresser à son client, dialoguer avec lui, le rappeler, etc. ». Toutes les notions de jeu collectif, incluant la capacité à se faire des passes, à adopter une attitude fair-play et polie envers tous les acteurs que l'on croise, du client à ses collègues, à respecter certaines règles, étaient remises sur la table comme si elles n'avaient jamais été respectées. Comment une aussi grande « firme » pouvait-elle avoir vécu jusque là sans avoir observé ces règles de base ?