Notre ami qui souhaitait bénéficier de sa formation a voulu se perfectionner en anglais. Voyant qu'il se faisait balader par la responsable de formation impuissante et par la commission « formation » fantoche, il a vivement réagi au bout de 6 mois et 6 oublis de traiter la demande en tentant de savoir pourquoi son cas n'était jamais instruit. La pauvre petite responsable formation ne sachant quoi lui répondre, il a vite compris qu'il lui fallait escalader par une autre face le pic de la Mirandole.

Il a tenté de rencontrer des associés puissants qui se sont renseignés pour lui sur le sujet. La réponse fut cinglante et sans appel : ici on estime que les consultants doivent parler parfaitement anglais. Si la brèche de la formation d'anglais est ouverte – c’est-à-dire si on accepte pour un - tout le monde va s'y engouffrer. Et, de manière plus générale – disons carrément totalitaire – il n'est pas souhaité que les salariés usent de leur droit à DIF. Bref, laisse tes heures au placard, accumules 120 heures et ne demande pas ton reste. De toutes les manières, on fera passer tes droits à DIF dans des formations internes bidons ou tu ne resteras pas longtemps dans la firme et iras donc dépenser ta formation ailleurs.