Dans cette boutique, vous l'avez compris, l'amour du risque n'est pas de mise. Donc on évite d'écrire des choses qui engagent. Les managers et au-dessus ne donnent jamais de GO formel pour l'envoi des livrables aux clients. Tout mail trop précis sera relu et critiqué par les supérieurs que vous aurez mis en copie. Ils n’y verront que l'engagement et le risque encouru si jamais le client nous cherchait des poux.

"Il faut être politique, ici" m'a conseillé un ancien qui essayait de louvoyer entre les dangers. Toutes les occasions sont bonnes pour profiter des petites erreurs d'autrui, dont on informera gentiment les personnes bien placées. Inutile de faire semblant d'être désolé de dessouder un collègue, c'est tout à fait normal, pour le bien de la firme, de signaler tout comportement relevant du faux pas.

Et surtout, pas d'écrit. Ceux qui tentent de régler leurs comptes par e-mail sont impitoyablement éliminés. Vous imaginez le grabuge, si les mails sortaient de la maison ? Tous les comptes se règlent par la parole. Pas la parole donnée, car il est impossible de faire confiance. On croit à la parole de temps en temps, c'est à dire quand on a reçu la preuve qu'elle disait vrai.

Et tant pis pour le crétin qui ne l’a pas compris.