(à lire au second degré, comme vous le savez depuis quelques temps, nous ne faisons que décrire ici des faits et tentons de dépeindre une atmosphère, une culture d’entreprise)

Je ne sais pas si mes collègues ont remarqué, mais il n'y a pratiquement pas de cheveux gris dans la boite. Tout d'abord parce que la pyramide des âges est complètement ratatinée : il n'y a que des jeunes, et les rares vieux n'ont, fort étrangement, pas de cheveux gris. Ceux qui osent arborer les cheveux gris sont soit des personnages très compétents qui ne craignent rien, soit des inconscients qui ont oublié de se faire soigner.

ATT00016

Nous repérons très facilement les fous de cette dernière catégorie. C'est bien simple, il n'y en a pas un seul en temps normal ! Il y a parfois des arrivages bien frais, mais ils ne le restent jamais longtemps. J'ai assisté à une livraison d'une bande de vieux qui se sont vus déchargés dans nos bureaux comme les poulets qui découvrent un abattoir en pensant que c'est leur nouvelle villégiature... Ca piaillait, ne respectait rien, exigeait tout, se couchait avec le soleil en hiver mais pas en été. Bref, ils étaient différents parce que vieux, donc certainement un peu sourds et incapables de s'adapter à leur nouvel environnement.

Parmi eux, une bonne moitié de cheveux gris, et 100 pourcent de personnes beaucoup trop âgées pour leur grade. Et savez-vous lequels sont partis les premiers parce qu'ils ne pondaient pas assez d'oeufs ? Les cheveux gris !

Après, j'ai entendu dire qu'on avait perdu des compétences clés dont personne n'avait rien à f... auparavant.

C'est vrai, quoi, pas besoin de vieux pour nous apprendre le métier du conseil à la grand-papa, nous ce qu'on veut au BIG c'est rester jeunes entre nous, allez, dehors les vieux !